Les sites touristiques

 
Entre Bordeaux et Pauillac, la commune de Soussans se situe au coeur des vignobles médocains.
Nous vous invitons à vous balader et à contempler les richesses des terres Médocaines : les vignes, l'estuaire, la faune et la flore des marais, les édifices historiques...
Le port

Depuis la place de la mairie, à pied, à vélo ou en voiture, suivez les panneaux "Port de Soussans" et descendez doucement les vignobles, jusqu'au marais pour atteindre la rive donnant sur l'Estuaire de la Gironde.

 

En arrivant au port, vous pourrez admirer sur votre droite le château Fumadelle et devant vous l'île verte et l'île du Nord.

 

Un banc et une table vous permettront de pique-niquer à moins que vous ne préfériez vous allonger dans l'herbe pour écouter les oiseaux et sentir l'air marin de l'Estuaire !

 

Source: Mairie de Soussans

 

Le lavoir et le boulodrome

Le lavoir communal de Soussans a été construit en pierres de taille de calcaire au XIXème siècle, la date de 1839 figure d'ailleurs toujours sur l’une des poutres de la charpente.

 

Le lavoir possède une cheminée qui servait à faire bouillir de l’eau.  Un système de canal et de vanne permettait d'alimenter le lavoir avec l’eau du ruisseau ou de vider les eaux sales.

 

Source : siteweb Patrimoine du Médoc

 

 

Sur le même site, le boulodrome est destiné à tous ceux qui aiment partager un moment de convivialité autour du jeu de la pétanque.

 

 

 

 

Source: Mairie de Soussans

Les marais

Les marais d’Arcins et de Soussans, classés Site Natura 2000 par la directive "habitats", offrent des milieux naturels extrêmement riches et diversifiés voire rares.

 

On y découvre une végétation salée et saumâtre issue des mouvements des marées, des prairies humides, des milieux aquatiques adaptés pour la reproduction et l’alimentation d’espèces d’amphibiens, de libellules et d’oiseaux d’eau et des boisements humides composés principalement d’aulnes et de frênes.

 

Source "La boucle des marais d'Arcins-Soussans" - CDC Médoc Estuaire

Télechargeable ici

L'église Saint Romain

Soussans possède une église de style gothique ouverte au culte officiellement le 28 octobre 1875.

Les habitants de Soussans envisagèrent la construction d’une nouvelle église car "l’ancienne église" était devenue vétuste et trop petite.

La "nouvelle église" orientée Nord-Sud est située à l’emplacement de l’ancienne qui était, elle, orientée Est-Ouest selon la tradition.

Le seul rapport existant entre l'ancienne et la nouvelle église se situe au niveau des clochers qui furent pratiquement construits sur les mêmes fondations.

 

Les seuls vestiges de l’ancienne église que l’on a pu conserver sont une crucifixion en albâtre et une remarquable Vierge de Pitié. Celle-ci, en chêne polychrome, remonte au début du XVIème siècle. Elle a été cachée à la Révolution, puis a retrouvé sa place dans la nouvelle église en 1888.

 

Source : siteweb Patrimoine du Médoc

Les domaines privés fermés au public

La Tour de Bessan

A l’origine, la Seigneurie de Bessan fut fondée par la riche famille bordelaise, les COLOMB.

A l’époque féodale, les terres de Soussans constituaient un fief entièrement placé sous la juridiction des Seigneurs de Blanquefort ; lesquels dépendaient eux-mêmes du roi d’Angleterre alors suzerain et maître de toute l’Aquitaine.

 

Les rôles gascons des années 1288-1289 disent que Jehan COLOMB obtint d’Henri III d’Angleterre, la permission de construire une maison forte sur le territoire de la paroisse de Soussans.

 

Erigé à Bessan en 1252, le château était composé d’une enceinte autour de laquelle coulait la Testonne alimentant trois larges fossés.

A l’intérieur de cette enceinte se trouvait une cour entourée de douves et séparée du premier fossé par un vallum dont on peut encore mesurer l’importance malgré les arbres et les taillis envahissant les lieux. Dans cette enceinte, s'élevait le château. Seules subsistent de cette maison forte, les ruines du donjon, désignées de nos jours sous le nom de la "Tour de Bessan".

 

Hormis l’église et un couvent, ce fut le premier édifice important ayant marqué l’histoire de Soussans. Jehan COLOMB fut sans doute le premier seigneur de Soussans.

 

 

Source : textes provenant des recherches de Monsieur Gleize et de Monsieur Coquillas.

 

 

 

La Tour de Mons

connue en tant que

Château de Soussans, La Tour de Soussans, La Tour ou Maison Noble de Marsac

Cet édifice serait de loin le plus important : une première fortification serait apparue au XIIIème siècle.

 

Cette première maison forte était en ruine à la fin de la guerre de Cent Ans et fut rebâtie sur l’ordre de Charles VIII.

 

A partir du XVIIème siècle, une nouvelle page s'écrit avec la noble famille de MONS.

 

Pierre de MONS en 1623 hérita du domaine auquel il donnera son nom, il acheta la même année la Seigneurie de Bessan et le fief de la maison noble de la Bégorce, jusqu’à détenir enfin en 1627 la totalité des Seigneuries de Soussans.

 

A cette époque, la "Tour de Mons" était une construction massive encadrée par deux tours rondes sur la façade arrière, une tour rectangulaire avec créneaux et mâchicoulis interprétée comme un « donjon » à l’angle gauche de la façade avant.

 

D’autres rénovations furent entreprises au XIXe siècle, mais le château fut entièrement détruit par un incendie en décembre 1895.

 

Aujourd'hui, seules restent des ruines, une chapelle, et des dépendances.

 

Source : textes provenant des recherches de Monsieur Gleize et de Monsieur Coquillas.

 

 

© 2015 Mairie de Soussans

Mentions légales : Les données personnelles collectées font l’objet d’un traitement conforme aux dispositions issues du règlement UE 2016/679 du 27 avril 2016 et de la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978. Conformément à ces dispositions, vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, à l’effacement, à la limitation, à la portabilité, ainsi qu’à l’opposition en contactant la Commune de SOUSSANS. »

Responsable éditorial : Maire de Soussans

 

Crédits photos : Carine Deslandes, Jean-Claude Goffre, Karine Palin et Alain Pasco

Iconographie et infographie : Karine Palin et Stéphane Liège